Les priorités du Riad à Marrakech revues dans la nouvelle vision 2020

riad alili

La vision 2020 en ce qui concerne le tourisme au Maroc est à mi-parcours dans le processus de mise en œuvre. Pourtant, cette vision devrait connaitre des changements stratégiques. Les professionnels du secteur touristique au Maroc se sont réunis durant ce mois de juillet 2015 et ils ont discuté ensemble des thématiques concernant leur profession, en toute transparence. Leur volonté est de donner une nouvelle orientation aux objectifs fixés à moyen terme et de déterminer les axes les mieux exploitables et les mieux utilisables. Les axes premiers évalués lors du forum de la Confédération nationale du tourisme étaient la gouvernance, la promotion et le secteur aérien. Les responsables des Riad Alili à Marrakech et les différents acteurs du tourisme au Maroc ont pu de cette manière, mettre en place un espace de réflexion commun afin de fixer les priorités de l’ensemble des acteurs du secteur et de les dynamiser autour de projets et d’idées innovantes.

Selon Abdellatif Kabbaj, président de la Confédération nationale du tourisme, il est important de pouvoir sortir de la crise tout en s’attelant à atteindre les objectifs fixés pour les prochaines années. Malgré les difficultés et les contraintes du secteur, il est important de garder les convictions et la détermination nécessaires à l’atteinte des objectifs. L’une des priorités est de stimuler encore plus les investissements. Selon les professionnels du Riad à Marrakech et des autres maillons de la chaine touristique marocaine, il est important de mettre en place des organismes et des méthodes de financement innovantes dédiées au secteur. Ces organismes devraient être accessibles aux investisseurs nationaux comme aux investisseurs étrangers, signifiant qu’ils bénéficieraient tous des mêmes conditions, peu importe l’origine, dans le cadre de projets évalués, notamment sur le plan de la rentabilité.

Les opérateurs et les acteurs du secteur ont également proposé un nouveau business model pour les stations balnéaires, ainsi que pour la réanimation du Fonds de commerce touristique consacré aux villes impériales et aux oasis. Le secteur privé devrait être mieux représenté auprès des organes de pilotage nationaux. En ce qui concerne la promotion du Riad à Marrakech et de la destination Maroc en général, il a été proposé d’augmenter le budget de l’Office national marocain du tourisme et de modifier ses statuts afin qu’il puisse mieux promouvoir la destination, avec plus de moyens et plus de liberté.